Rendez-vous devant le Conseil Départemental

 

Même en cette journée d'hier humide et froide, le soleil brillait dans nos coeurs. Nous avions grâce à la pugnacité de Stéphane, au nom du collectif STOPGAZPARLINKY Saint-Brieuc, rendez-vous avec une élue à l'Environnement et la Mobilité, Madame MEHEUST. Rendez-vous devant la grille, Jean-François, Hélène, Stéphane et moi. Au Conseil Départemental, branlebas de combat, tous les corps de métiers étaient déployés pour assurer la fusion confusion, des services nouvellement restructurés, dans un souci de mutualisation des espaces et du personnel, aux fins d'une coopération positive, pour une meilleure rationalisation, nous dit l'élue pour nous convaincre.

 

La dame nous reçoit, la mine aussi réjouie qu'une circulaire en attente d'un coup de tampon. Se joint à elle, un directeur de service nouvellement baptisé responsable de l'Ingenierie. Installation face à face. Je ne comprends pas bien, dit l'élue à l'environnement, ce que vous venez faire ici, vu que le département n'est pas compétent. Connaissez-vous le dossier dit Hélène malicieusement ? Les deux confessent que non, sous leurs yeux pour autant, la propagande papier des distributeurs d'énergie. Et Hélène de pousser son plaidoyer pour le choix d'une vie saine, le droit de refuser les compteurs, les risques sanitaires, risques d'incendies, respect de la propriété privée, la brutalité des poseurs, le gaspillage, la technologie dépassée, la sécurité des données et la bulle purement spéculative en passe d’exploser ... Quand l'élue l'arrête en disant, écoutez, je ne vois pas pourquoi vous en faites un problème, la sécurité des données bon, on joue le jeu, regardez dit-elle brandissant fièrement ses deux téléphones, un dans chaque main, de la taille d'un gros calepin, qui lui donnaient l'air important ... Puisqu'on est tous bien d'accord, pour utiliser ces engins, on en connaît les conséquences, les ondes, la fuite des données, tout est sécurisé. Il y a des normes. Quant aux compteurs, j'ai moi même un nouveau compteur d'eau installé, et j'en suis très satisfaite, je peux voir sur mon ordi ma consommation d'eau à distance et lancer une alerte sur mon téléphone qui me sonne, c'est merveilleux, pour me rappeler que j'ai dépassé mon quota ! C'est formidable et très utile ! Même que ça permet aussi de voir si les enfants sont rentrés. ( Je pensais pour me détendre un peu, vu que j'avais juste envie de l'étrangler, ouais c'est ça, si tu constates que ton compteur d'eau tourne c'est peut être que ton mec est sous la douche avec la voisine de palier ! ... Que nos libertés s'échappent comme une fuite de Gaz c'est pas grave, tu t'en tapes, ok j’ai compris ... Mais qu'est ce que je fais là moi ? ... )

 

Il nous restait quelques cartouches. Au tour de Stéphane d'essayer d'apprivoiser la mégère investie, avec des mots doux tout droit sortis du coeur. Ecoutez Madame, j'ai des jeunes enfants et je pense aux tout petits, à leur avenir. Nous avons le devoir de les protéger... Oui mais Monsieur, vous ne vous adressez pas à la bonne personne, je ne suis pas concernée en tant qu'élue du Conseil voyez auprès des maires et du Syndicat de l'Energie ... Mais vous êtes à l'environnement quand même ! Mais Monsieur comprenez que c'est une affaire d'Etat. Nous sommes là pour appliquer la Loi. Bla bla bla ...

 

Il n'y avait aucune prise. C'est quand on a sorti le risque d'explosion de l'endettement de la collectivité, rapport au coût de la mise aux normes des colonnes montantes pour installer LINKY dans les logements sociaux, qu'elle est tombée des nues en disant " Comment, plusieurs millions d'euros ? Attendez, ce n'est pas possible, on nous a bien dit que ça ne coûtera rien ! " Prenez des notes sur leurs calculs dit-elle très agacée à son acolyte ". On va vérifier ça ! ( C'est drôle dès qu'on parle de pognon ça fait mouche ) C'est alors que nous avons dégainé un dernier colt. Vous rendez-vous compte vous les élus, que vous êtes en train de perdre tous vos pouvoirs ? C'est vrai dit Jean-François le doigt pointé, sur le ton d'un Victor Hugo, tous les élus qu'on rencontre se défilent autant qu'ils soient directement au service des multinationales, ça peut leur rapporter gros. Mais dites-nous au moins quels sont vos combats Madame, si vous en avez ? C'est alors que l'élue piquée au vif répondit se levant brutalement, nous avons par exemple, le dossier de l'eau ! ... Mais je suis vraiment désolée c'est honteux je sais, mais je dois vous laisser... Et hop de disparaître, l'air faussement confus, vraisemblablement soulagée de planter une poignée d'activistes, dangereux rétrogrades, voire dangereux complotistes, défenseurs du retour à la bougie.

 

Forcément une fois l'élue disparue, on s'est un peu lâché auprès de l'homme souriant qui s'obligea pour être sympa nous dit-il, à jouer l'avocat du diable pour mieux comprendre nos arguments. Jusqu'à ce que, contre toute attente, des papillons plein les yeux avec la ferveur d'un apôtre ou d'un père missionnaire, le directeur de l'Ingénierie, sur un air de marquis qui doit faire la morale à son petit personnel, nous confessa qu'il arrivait d'un palais des congrès où il avait assisté à la représentation d'une révolution en marche : " La voiture électrique autonome " ( Vieux rêve des techniciens japonais ) Et qu'elle allait envahir le monde et que personne ne l'arrêterait. Un nouveau pas sur la lune se profilait. Il fallait vivre avec son temps. C'était ça le progrès, on ne pouvait pas aller contre. Car, poursuivit-il, on ne peut décidément plus faire confiance aux hommes, il y a vraiment trop d'accidents par leur faute ".

 

Le fonctionnaire humanisant la machine nous réduisait à n'être plus que des objets. A cet instant précis, on s'est dit qu'on n'avait plus rien à faire là. L'homme ne voyait plus la réalité avec ses yeux, le marketing de la Smart Révolution avait ciblé juste. Il lui avait grillé le cerveau. L'humain fanatisé comme par Daesh, nageait déjà dans une réalité augmentée made in Toyota.

 

http://www.clubic.com/humour-informatique-geek/live-japon/actualite-590266-live-japon-voiture-autonome.html

Régine MARY

Retour à l'accueil